Grandes acquisitions de l’été !

Bonjour à vous les Bouquineurs ! 🙂

La rentrée se rapprochant à grands pas, j’ai essayé de vous faire une sorte de « Haul », récapitulatif de mes acquisitions des vacances !

Il y en a beaucoup. Je sais… Cet été, avant l’ouverture du blog, j’ai essayé de « faire du stock » pour pouvoir vous présenter de nombreuses lectures. Comme vous pourrez le voir je lis un peu de tous, sauf du théâtre (ce n’est pas trop mon truc). J’ai donc craqué pour de nombreux livres ! Grâce aux magasins d’occasion, aux soldes et aux ventes privées, j’ai pu me procurer de nombreuses lectures (inattendues), ou alors des lectures que je ne connaissais pas trop et qui m’ont bien plu ! Ensuite, ma famille, qui sait que j’ai repris la lecture cette année, m’a prêtée de nombreuses œuvres. L’avantage, je trouve, avec ces lectures, c’est qu’elles permettent à la fois de mieux connaître les personnes qui ont lu ces livres mais aussi de lire différents genres qui ne nous sautent pas aux yeux ! Enfin, je suis une mordue de « boîte à livres »! Je m’explique : dans chaque village que je croise je regarde si j’en vois une ! C’est toujours un drôle de moments, une sorte de victoire et de découverte ! Et cet été j’en ai découvert plusieurs. Ça m’a permis de découvrir de nouveaux auteurs et par la suite, de pouvoir les rendre où je le souhaite ! Les faire voyager !

J’espère que cette « nouvelle forme » d’article vous plaira et qu’elle vous permettra de vous donner des idées de lectures. Si vous avez besoin d’en savoir plus par rapport à un livre n’hésitez pas à laisser un commentaire, je serai ravie de vous répondre !

J’ai craquée !

  •  Du bonheur – Un voyage philosophique par Frédéric Lenoir, paru en 2015 aux éditions Le Livre de Poche.

Depuis que j’ai lu l’Alchimiste de Paolo Coelho je me suis mise en tête de lire un livre de Frédéric Lenoir! L’Alchimiste a vraiment été un coup de cœur. Cette lecture m’a presque fait autant réfléchir et réagir que Le Petit Prince de Saint-Exupéry. Ces livres ont été une grande révélation pour moi, une sorte de message qui me disait : tu vois la vie peut être belle comme ça… Et il paraît que l’Âme du Monde a eu beaucoup de succès , donc j’ai craqué ! 🙂

Quatrième de couverture :

Qu’entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ?

Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident. Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-Tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre…

  • Rien ne s’oppose à la nuit, par Delphine de Vigan, paru en 2013 aux éditions Le Livre de Poche.

Rien ne s’oppose à la nuit est une roman « autobiographique ». C’est l’histoire de l’auteure, une histoire triste et sensible. C’est l’histoire d’une femme qui, dans sa jeunesse, a vécu dans une famille nombreuse, avec une mère rongée par la maladie…

Ces dernier temps j’ai trouvé que beaucoup de « booktubeur » et blogueurs , comme Audrey du Souffle des mots, parlaient en bien de se livre. Il a l’air touchant et profond… On verra bien !

Quatrième de couverture :

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.

  • Le bruit des silences par Valérie Gans aux Éditions Le Livre de Poche parut en 2014.

Je dois avouer que ce livre m’était offert pour l’achat des deux précédents. Je n’en avais jamais entendu parler mais son résumé m’a conquis. Il semble parler d’une forme de place de la femme de nos jours… Je n’en sais pas plus ! A voir !

Quatrième de couverture :

 

Quadragénaire, fraîchement divorcée et élevant seule ses deux enfants à Paris, Lorraine s’occupe de sa famille et pense  très peu à elle. Lorsqu’elle rencontre Cyrille, un ami d’enfance, qui a gagné en charme et en maturité, elle croit avoir trouvé l’amour qui manquait à sa vie. Mais cette histoire n’est pas celle qu’elle attendait et cet homme qu’elle croyait si bien connaître lui échappe. Pour savoir quelle femme et quelle mère elle veut être, Lorraine devra mettre à nu ses sentiments, ses espérances mais aussi exhumer de lourds secrets de famille.Ainsi parviendra-t-elle peut être à briser le cercle insidieux qui se répète de générations en génération… Une histoire de femme d’aujourd’hui, d’amour et de transmission.

  • Everything, everything, par Nicola Yoon, parut en 2017 aux Éditions Bayard.

Cette fois si, une histoire d’amour ! C’est une histoire qui ressemble beaucoup à Nos étoiles contraires de John Green. On se retrouve plongé entre la maladie de l’un et les problèmes de l’autre. Un amour d’adolescent, joliment bien écrit (je suis en train de le lire) et porteur d’espoir…

Quatrième de couverture :

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

  • Sweet Tooth par Jeff Lemire publier en 2015 aux Editions Urban Comics.

Ce comic fait part des formidables et très étranges aventures de Gueule Sucrée (Sweet Tooth) ! Des aventures très prenantes !

Lien de ma précédente chronique: https://lescuriositesducameleon.wordpress.com/2017/08/09/sweet-tooth-t1-de-jeff-lemire

Quatrième de couverture :

Dix années se sont écoulées depuis la mystérieuse pandémie qui frappa la Terre et décima la quasi-totalité de la population. De celle-ci, naquit une nouvelle espèce : mi-homme mi-animale. Gus fait partie de ces enfants hybrides dont on ignore tout, livré à lui-même depuis la mort de son père. Au cours de son voyage à travers une Amérique dévastée, Gus croisera la route de Jepperd, homme massif et taciturne avec qui il se met en quête d’un refuge spécialisé. Mais sur leur route, les chasseurs sont nombreux.

  • Le très célèbre Trône de fer (tome 1) par Georges R.R. Martin publier en 2009 aux Editions J’ai Lu.

Après avoir regardé plusieurs fois toutes les saisons de Game of Throne (oui j’avoue être TOTALEMENT fane !) je me suis enfin décidé à lire le premier volume de cette fantastique saga! Et je n’ai pas été déçu ! Je vous en ferai bientôt une chronique sur le blog! 🙂

Quatrième de couverture :

Il était une fois, perdu dans un lointain passé, le royaume des Sept Couronnes… En ces temps nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, la mauvaise toute une vie d’homme, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures ; au sud, l’ordre établi chancela, la luxure et l’inceste, le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité. Pour préserver de l’ignominie les siens et la dynastie menacée se dresse alors, armé de sa seule droiture, le duc Stark de Winterfell, aussi rude que son septentrion natal. Mais, en dépit du pouvoir immense que vient de lui conférer le roi, a-t-il quelque chance d’endiguer la tourmente qui se lève ?

  • Ekhö, monde miroir, tome 1 , New York par Christophe Arleston et Alessandro Barbucci publier aux Éditions Soleil en 2013.

À travers cette bande dessinée on se retrouve dans un univers totalement déjanté aux côtés de notre tendre et marrante Fourmille…

Le lien de ma précédente chronique est : ici

Quatrième de couverture :

Quand Fourmille prend son avion pour New York, elle est loin de s’imaginer que son voyage va prendre un tour étrange. Au milieu du vol, elle est abordée par une étrange créature qui lui demande si elle accepte l’héritage d’une tante disparue depuis 20 ans. Et après qu’un éclair ait touché le 747, c’est à bord d’un dragon qu’elle atterrit à New York. Elle découvre alors un monde complètement décalé, où tout est semblable à la Terre, mais tellement différent. Ici, pas d’électricité, et c’est dans un Manhattan d’heroic fantasy qu’elle se trouve plongée. Au cœur de l’intrigue, une race étrange, les Preshauns, qui semble dominer cet univers parallèle, Ekhö.

  • Ekhö, monde miroir, tome 2 , Paris Empire, par Christophe Arleston et Alessandro Barbucci publier en 2013 aux Éditions Soleil.

Quatrième de couverture :

Fourmille Gratule est à présent installée à New York, dans le monde d’Ekhö, un monde miroir de la Terre où les technologies modernes n’existent pas. À la tête de l’agence artistique Gratule, héritée de sa tante Odelalie, elle se rend à Paris, accompagnée de Yuri et de Grâce, pour un juteux contrat avec le Poulain Rouge. Mais à peine arrivée dans la capitale française, elle est habitée par le fantôme du Prince Antone, fils de Napoléon VII, mort dans un accident de fiacre. Elle devra résoudre le mystère de sa mort pour redevenir elle-même…

  • Jour J, tome 17 : Napoléon Washington par Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Mr Fab publier en 2014 aux Éditions Delcourt.

Le concept de cette saga m’a immédiatement plu ! Le Jour des moments les plus incroyables de l’histoire change et prenne un drôle de tournant…

Ma chronique paraît dans 16 jours ! Si vous voulez en savoir plus, soyez aux rendez-vous ! 😉

Quatrième de couverture :

Carlo Maria Buonaparte, avocat victime des vendettas corses, décide de partir pour les Amériques. Dans le Nouveau Monde, il s’engage auprès des rebelles américains et devient l’ami du plus célèbre d’entre eux, Washington. Avant de mourir sur le champ de bataille, il fait promettre au père de la nation américaine de devenir également celui de son fils… Une réécriture originale de l’histoire des Amériques.

  • L’homme de l’année, 1431, l’homme qui trahit Jeanne d’Arc par Eric Corbeyran et Horne publier en 2013 aux Éditions Delcourt.

Ici, les auteurs annoncent qu’on a tous notre place dans l’histoire, on a tous un rôle important vis-à-vis des grands événements de notre vie, on est tous l’homme de l’année. On est ici Étienne de Vignolles et Jean de Xaintrailles, ex-combattants de Jeanne d’Arc. Ils ont pour mission d’éclairer les raisons de sa capture….

Quatrième de couverture :

1435, quatre ans après la mort de Jeanne d’Arc, les rumeurs courent sur les raisons de sa capture par les Anglais à la bataille de Compiègne. La légitimité même de Charles VII commence à être remise en cause. Yolande d’Aragon, belle-mère du roi, décide en secret de mener l’enquête afin de démasquer le traître responsable de la chute de la Pucelle et ainsi assurer la stabilité du royaume.

Volés sur les étagères familiales :

  • A la croisée des mondes, tome 1 : Les royaumes du nord écrit par Philip Pullman et publier aux Éditions Folio Junior en 2000.

Qui ose avouer ne jamais avoir lu la trilogie de Philip Pullman ? Moi. Je plaide coupable je n’ai lu que les deux premiers tomes le mois dernier, et je n’en suis pas déçue. Je range désormais ces deux petits volumes aux côtés d’Harry Potter et du Monde de Narnia, où ils ont tout à fait leurs places ! Je ne pourrais les décrire tellement ce fut un véritable coup de cœur !

Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les érudits de Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la poussière que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises… Jetée au cœur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux Gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

  • A la croisée des mondes, tome 2 : La tour des anges par Philip Pullman publier aux Éditions Folio Junior en 2017.

Quatrième de couverture :

Ayant franchi le pont entre les mondes édifié par Lord Asriel, son père, l’intrépide Lyra se retrouve dans la cité de Cittàgazze, la ville au-delà de l’aurore, où des spectres mangeurs d’âmes rôdent dans les rues, où les lointains battements d’ailes des anges résonnent au-dessus d’une mystérieuse tour. Mais Lyra n’est pas sans allié. Car le jeune Will Parry, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, a également pénétré dans cet étrange royaume par une porte magique. Ensemble, Lyra et Will vont entamer un périlleux voyage à travers les dimensions, et découvrir un secret mortel: un objet d’une puissance extraordinaire et dévastatrice. Mais à chaque étape de leur périple, ils se rapprocheront d’un danger plus funeste encore – et de l’incroyable vérité sur leur propre destinée…

  • L’enfant de la rivière suivi de la vallée des illusions par Louis-Olivier Vitté aux Éditions France Loisirs publier en 2005.

Une douce littérature du terroir qui permet de voyager à travers les âges…

Quatrième de couverture :

Après le décès de sa mère, simple servante, Gautier est contraint de rejoindre son grand-père dans son vaste domaine. Là-bas, ses études sont confiées à un précepteur. Mais Gautier n a de cesse de se rappeler les gabares de son enfance, ces bateaux qui transportent des marchandises à l autre bout du pays. Il est dès lors tiraillé entre ses rêves de voyage sur l eau et son affection pour ses proches. Futur noble ou aventurier, les clefs du destin sont entre ses mains.

Dans les boîtes aux livres :

  • L’ombre de ton sourire est un roman policier américain écrit par Mary Higgings Clark. Cet exemplaire fût publier en 2011 aux Éditions France Loisir.

Quatrième de couverture :

Olivia Morrow sait sa fin proche : l’heure est venue de révéler un terrible secret familial qu’elle est la seule à connaître. Qui pourrait en effet soupçonner sa cousine Catherine, une religieuse en voie de béatification, d’avoir eu un enfant, à dix-sept ans, et de l’avoir abandonné ? La petite-fille de Catherine, Monica, se trouve être l’héritière de la fortune colossale de son grand-père. Pour qu’elle puisse en bénéficier, Olivia doit lui révéler l’identité de celui-ci et le mystère de ses origines. Donc rompre la promesse faite à sa cousine et trahir sa mémoire. Mais surtout mettre peut-être enjeu la vie de la jeune femme car bien sûr certains n’ont aucun intérêt à ce que la vérité éclate au grand jour…

  • Tempête sur Cape Cod est un roman policier écrit par Carol Higgins Clark en 2012 aux Éditions France Loisirs.

Quatrième de couverture :

Enfin un week-end en amoureux ! Pour fêter leur premier anniversaire de mariage, Regan Reilly et son mari Jack ont élu Cape Cod, ses plages sauvages et son décor de rêve. Mais leur tête à tête est de courte durée : Adele Hopkins, une retraitée récemment installée sur l’île, disparaît au cours d’une violente nuit de tempête. Très vite, tout porte à croire qu’elle n’avait pas que des amis. La course contre la montre commence pour Jack et Regan qui ne sont pas prêts d’oublier cet anniversaire…

  • Survivre avec les loups par Misha Defonseca publier en 1997 aux Éditions Robert Laffont.

Quatrième de couverture :

A 8 ans, elle traverse l’Europe de l’Est à pied… avec les loups pour seuls compagnons. C’est l’incroyable épopée de Misha à la recherche de ses parents déportés par les nazis…

Après un demi-siècle de silence elle raconte dans Survivre avec les loups l’humanité des bêtes sauvages et la barbarie des hommes.

  • Nox est une courte saga (duologie) écrite par Yves Grevet aux Éditions Syros 2012-2013.

Elle cible plutôt de jeunes lecteurs mais ouvre grand les yeux et le cœur !

Quatrièmes de couverture :

Dans une ville basse enveloppée d’un brouillard opaque – la nox –, les hommes sont contraints de pédaler ou de marcher sans cesse pour produire leur lumière. Comme l’espérance de vie y est courte, la loi impose aux adolescents de se marier et d’avoir un enfant dès l’âge de dix-sept ans. Lucen a peur de perdre celle qu’il aime, la rebelle Firmie, qui refuse de se plier à la règle. Il sent aussi ses meilleurs amis s’éloigner de lui. L’un d’eux, Gerges, s’apprête à rejoindre la milice qui terrorise les habitants, un autre, Maurce, un groupe hors-la-loi. C’est l’heure pour Lucen de faire des choix qui détermineront toute son existence. Au même moment, dans des territoires épargnés par la nox, la jeune Ludmilla ne se résigne pas au départ forcé de Martha, la gouvernante qui l’a élevée, injustement renvoyée par son père. Elle décide de tout tenter pour la retrouver.

Le lien de ma précédente chronique est : https://lescuriositesducameleon.wordpress.com/2017/08/06/nox-tome-1-ici-bas

  • Un recueil de Jacques Prévert publier en 1972 aux Editions Folio.

Quatrième de couverture :


«
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara

Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant. »

  • La métamorphose de Franz Kafka, publier en 1985 aux Editions Folio.

Je me rappelle avoir été très déçue par Le Procès du même auteur et je ne voulais pas rester sur une mauvaise impression. J’ai trouvé ce dernier très difficile à lire et je ne crois pas en avoir perçu le sens ( je le relirai !). Aussi, trouver ce livre sur les étagères familiales me permettra peut-être de renouer avec cet auteur dont l’imagination débordante entraîne dans ses sombres folies.

Quatrième de couverture :

Lorsque Gregor Samsa s’éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d’une épaisse carapace d’où s’échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites… Les siens. Père, mère, sœur, dont l’ambition est de l’éliminer après avoir contribué à l’étouffer… Ici, un homme se transforme en coléoptère monstrueux, là, un engin pervers tue avec application… Dans la colonie pénitentiaire, c’est l’expérimentation en direct. Une machine infernale s’acharne sur un soldat soumis. Une machinerie hors pair, digne d’un inventeur à l’imagination torturée !

  • Le Horla par Guy de Maupassant aux Editions Le Livre de poche.

En classe, la lecture de Bel-ami, Boule de suif et Pierre et Jean m’avaient autant plu que choqué. Autant continuer avec d’autres œuvres qui ont marqué la littérature française !

Quatrième de couverture :

«Cette nuit, j’ai senti quelqu’un accroupi sur moi, et qui, sa bouche sur la mienne, buvait ma vie entre mes lèvres.»

Le Horla raconte la lente désagrégation d’un esprit, de la dépression à la folie – des maux que connaissait bien Maupassant. Le héros se sent peu à peu envahi par un autre, qui agit à travers lui : le Horla, puissance invisible, inconsciente, qui le manipule. S’installent alors l’incompréhension, la peur, l’angoisse. Jusqu’à l’irréparable. Prenant la forme du journal intime, la nouvelle illustre ce que Freud nommera l’inquiétante étrangeté, cette intrusion progressive du malaise dans le quotidien.

Modèle de nouvelle fantastique, Le Horla est aussi une description clinique du dédoublement de personnalité qui menace toute conscience.

  • Une vie, Guy de Maupassant parut aux Editions Presses Pocket.

Quatrième de couverture :

Jeanne, fille unique très choyée du baron et de la baronne Le Penthuis des Vauds, avait tout pour être heureuse. Son mariage avec Julien de Lamare, rustre et avare, se révélera une catastrophe. Sa vie sera une suite d’épreuves et de désillusions. Ce roman, le premier de Guy de Maupassant, est une peinture remarquable des mœurs provinciales de la Normandie du XIXe siècle : hobereaux, domestiques et paysans y sont décrits avec beaucoup de réalisme.

 

 

 

 

 

4 réflexions sur “Grandes acquisitions de l’été !

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s