Book Haul spécial brocante !

Bonjour à tous !

Ça faisait quelque temps qu’on ne vous avait pas présenté nos trouvailles avec le Bouquineur et on s’est dit qu’il serait peut être temps ! On est allé faire un petit tour à la brocante du coin et on a un peu… craqué… (enfin surtout moi ! )

Dans cet article on va donc vous montrer les livres anciens qu’on a déniché ainsi que les contemporains. Comme il y en a beaucoup la semaine prochaine on vous présentera ceux de SF 🙂

On espère que ça vous plaira, que vous découvrirez de nouveaux livres mais aussi n’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ces livres si vous les avez déjà lu ou non ! 🙂

Les trois prochains livres sont un peu à part. Ce sont des livres de déstockage de maisons d’éditions. On les a donc eu à moitié prix (entre 10 et 8 euros) mais ça reste tout de même cher c’est pour ça qu’on n’a pas tout dévalisé ! C’est aussi l’occasion de mettre en avant des maisons d’éditions moins populaires !

  • Le vent apportera la mort par Ole Kristiansen

    en 2013 chez les éditions Prisma

    ISBN : 9-782810-404094

Quand un vent mortel se met à souffler sur un petit village faussement tranquille, d’horribles secrets remontent au grand jour… Jule Schwarz est tout sauf parfaite. En apparence, tout a l’air d’aller bien, mais au fond d’elle-même elle porte une lourde culpabilité et cache sa phobie de la voiture. Lorsqu’elle est chargée par son entreprise d’installer un parc éolien dans un petit village perdu au nord de Hambourg, la jeune femme hésite, mais ce projet ambitieux peut lui valoir une belle promotion et elle décide de surmonter son angoisse. À son arrivée, tout le village silencieux est réuni pour l’écouter exposer son plan de rachat des terrains environnants, lorsque le commissaire annonce la découverte du corps d’une jeune femme assassinée dans les bois. Étonnamment, la morte ressemble beaucoup à Jule. Malgré l’ambiance glauque, l’hostilité sourde des habitants et les poupées menaçantes qu’elle trouve devant sa porte, Jule reste fermement décidée à mener à bien son projet. Elle va pénétrer dans les secrets du village où un monstre à figure humaine l’a déjà remarquée depuis longtemps… Un polar au style riche en tension où le lecteur prend le temps de s’installer dans l’histoire et découvre le nord de l’Allemagne…

  • Corps variables par Marcel Theroux

    en 2015 chez les édition Plon (collection feux croisés)

    ISBN : 9-782259-222792

Un jour, un ancien petit ami passe la porte de la boutique de Susanna, c’est Nicholas Slopen. Vingt ans ont passé, elle a du mal à le reconnaître. Lorsqu’il quitte les lieux, Susanna, curieuse, tape son nom dans Google. Surprise: Nicholas Slopen est mort l’année passée, laissant derrière lui une femme et deux enfants.

Il revient. Et il fait alors à Susanna le récit d’une extraordinaire aventure, celle qui lui permet de continuer à exister dans un autre corps.

Nicholas est un chercheur, il a été engagé quelques années auparavant pour authentifier des lettres de Samuel Johnson pour le compte d’un collectionneur. Nicholas, consciencieux, a creusé, jusqu’à trouver un faussaire, un savant russe, incroyable imitateur. Fasciné par le fraudeur autant que par le sujet, Nicholas s’est embourbé trop loin dans les enjeux de l’affaire, des recherches scientifiques menées en secret sur les clés de l’identité et la possibilité de dupliquer les êtres humains à travers l’écrit.

Architecture du doute et des fausses pistes, le roman de Marcel Theroux n’oublie jamais son héros, les émotions pertubatrices, profondes et puissantes qu’il éprouve, et le mystère de son existence ne l’empêche pas de nous emporter avec lui dans un tourbillon littéraire et dramatique, ou les livres permettent de communiquer avec les morts, et peut-être de les rendre éternels ?

  • E-DEN, les mutants, t3, par Elodie Tirel

    Je me suis faite avoir par la gentillesse de la vendeuse qui disait que c’est un super livre… C’est un tome 3 … Vous savez si on est obligé de lire les deux premiers pour comprendre ? 😦 en 2015 chez les éditons Michel Quintin

    ISBN : 978-2-89435-687-6

Marqués par les horreurs qu’ils ont découvertes à l’hôpital psychiatrique et par le drame qu’ils y ont vécu, É-Den et ses amis reprennent la route en direction de la côte ouest. Plus que jamais, ils rêvent de rejoindre Klamath, où se trouverait James. Mais les hordes de mutants qui rôdent dans ces contrées sauvages ne leur laisseront pas une minute de répit.

À cheval, en voiture et même en bateau, nos courageux héros fuient des créatures cauchemardesques dans une Amérique post-apocalyptique. Des montagnes de Yosemite à Seattle, en passant par Sacramento, ils mèneront leur quête du bonheur et de la paix.

  • Journal sous l’Occupation suivi de La Courbe de nos angoisses, par Marcel Jouhandeau

    en 1980 chez Gallimard ( collection Blanche )

    ISBN : 80-X ?

Ce Journal sous l’Occupation va des années 1939 à 1945. Les lecteurs qui sont devenus des familiers de Jouhandeau, à travers les Mémoriaux et les Journaliers y trouveront leur auteur semblable à lui-même. Attentif à la qualité de son âme plus qu’aux malheurs du temps. Persécuté par Élise davantage que par les dangers de la guerre. Sans grand discernement politique, ce qui l’entraîne à accepter un voyage en Allemagne, puis à trembler plus que de raison quand la Libération approche. Dans un moment de découragement, il écrit : «Si l’on avait bonne conscience, on mourrait de ne pas être un cheval, un lion, un aigle, voire un âne plutôt qu’un homme. En fait de rois de la création nous en somme la honte.» Mais il se reprend bientôt : «Dieu seul et moi savons de quoi il s’est toujours agi pour moi, où est ma faute,où j’en suis avec le bien et avec le mal, je devrais plutôt dire, avec l’Amour.»

  • Les gens d’Auberoque par Eugéne Le Roy

    en 1934 chez la Bibliothèque Plon

Georges Lefrancq attend la diligence d’Auberoque, où il vient d’être nommé receveur. Sa prise de contact avec la ville et sa tournée de visites officielles permettent de comprendre, sans trop de mal, la mentalité qui y règne. Depuis le château jusqu’à la direction des postes, il existe u réseau d’intrigues, d’espionnages et de querelles de clocher qui englobe toute la ville d’Auberoque. Le vie de Georges Lefrancq est adoucie par l’amitié du pharmacien, Fargette et de Michelette Desvars dont il va s’occuper des intérêts et la protéger des mauvaises langues et créanciers de son père. Peu à peu un amour va naître et grandir. C’est en 1906, qu’Eugène LE ROY il publie Les gens d’Auberoque dont l’histoire se situe dans la bourgeoisie provinciale et affairiste sous le Second Empire et la Troisième République…

  • Oeuvres choisies de P. Corneille

    en 1894 chez les éditions Librairie Hachette et compagnie 3ème éditions

LISTE

  • Journées de lectures par Roger Nimier

    en 1965 chez Gallimard (nrf)

    ISBN : 65-11 ??

Le mérite des études qui sont réunies dans cet ouvrage, c’est qu’elles n’ont rien de didactique, et Dieu sait qu’elles n’en sont pas moins instructives. Au contraire.

Presque toujours, notre jeune critique aborde avec sympathie les écrivains dont il parle sans acrimonie. S’il est quelquefois dur, agressif, c’est au-delà de tout parti pris, en passant. Ce qu’il se propose chez ceux qu’il considère comme ses maîtres ou ses amis, ce n’est ni de les exalter, ni de les abaisser, ni de les louer, ni de les honnir, mais de les comprendre. Il cherche uniquement à saisir le caractère dominant de chacun, son point fort, sans laisser de signaler les faiblesses, s’il y en a. Il a quelquefois de l’humeur. Il donne plus volontiers dans l’humour. Où il excelle, c’est, comme les prospecteurs de bons vins, à dégager et définir le fumet, la saveur d’un ouvrage, pour nous en faire partager le parfum, le goût.

Il n’est pas rare de rencontrer des jeunes gens qui aient une connaissance approfondie, minutieuse, et sans lacune de notre littérature, que ce soit celle du passé ou la production contemporaine, dont l’abondance est cependant accablante. Ce qu’on peut admirer chez Roger Nimier, c’est qu’il n’ignore rien des dessous et des arrière-plans historiques, propres à nous éclairer sur les écrivains dont il se propose de nous entretenir, fussent-ils antérieurs de trois générations à la sienne.

Marcel Jouhandeau.

  • L’homme du Labrador par Bernard Clavel

    en 1982 chez Librio

Automne 1937.

Le brouillard crépusculaire envahit doucement les vieux quartiers lyonnais. Nelly, la serveuse rousse des Trois Maries, attend ses habitués. Comme tous les jours… L’épicier commandera sa menthe à l’eau, les joueurs de belote leur beaujolais… Soudain, il entre ! L’homme du Labrador ! Et tous les rêves du grand Nord avec lui. Labrador ! Mot magique aux reflets d’or. Immensité sauvage et lointaine. Hurlement des loups.

Morsure du froid… Tout à coup, grâce à Freddy, la grisaille s’envole. Le silence s’installe. Pour l’écouter, on plie les journaux, on range les cartes, on oublie l’heure… Et Nelly n’en finit plus de rêver… Partira-t-elle bientôt ver le Grand Nord, terre d’aventures ? Freddy l’emmènera-t-il avec lui ?

  • L’équation africaine par Yasmina Khadra

    en 2011 chez Pocket

A la suite d’un terrible drame familial, et afin de surmonter son chagrin, le docteur Kurt Krausmann accepte d’accompagner un ami aux Comores.

Leur voilier est attaqué par des pirates au large des côtes somaliennes, et le voyage « thérapeutique » du médecin se transforme en cauchemar. Pris en otage, battu, humilié, Kurt va découvrir une Afrique de violence et de misère insoutenables où « les dieux n’ont plus de peau aux doigts à force de s’en laver les mains ». Avec son ami Flans et un compagnon d’infortune français, Kurt trouvera-t-il la force de surmonter cette épreuve ? En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme qui nous transporte, de la Somalie au Soudan, dans une Afrique orientale tour à tour sauvage, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse, Yasmina Khadra confirme une fois encore son immense talent de narrateur.

Construit et mené de main de maître, ce roman décrit la lente et irréversible transformation d’un Européen, dont les yeux vont, peu à peu, s’ouvrir à la réalité d’un monde jusqu’alors inconnu de lui. Un hymne à la grandeur d’un continent livré aux prédateurs et aux tyrans génocidaires.

  • Heidi et ses enfants par Johanna Spyri

    Mon enfance est gâchée… Manquerait plus que Annette (dans les Alpes avec Annette) est fait la même chose ! :/ 

    en 1950 chez Flammarion

Heidi, Pierre et leurs trois enfants Henry, Annette et Paul reçoivent Jamy et ses enfants Margareth-Rose et Georges. Margareth-Rose est très malade et doit bénéficier du bon air des montagnes pour guérir.

Ils resteront 4 ans en Suisse et vivront beaucoup d’aventures.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s