A propos

bannière curiosité du c.png

1

Ceci est une présentation des plus générales du blog, de son contenu et du caméléon derrière l’écran.

Le but étant de savoir où vous mettez les pieds et peut-être de connaître la créature vivant au travers de la page.

P.S. Le fait d’avoir cliqué sur ce lien est signe de curiosité, pas vrai ? N’est-ce pas comique ?

2

Un nouveau nom pour un nouveau départ. On dirait le titre d’une émission M6… Bref. Le petit secret c’est que le précédent blog ne collait plus avec la ligne éditoriale voulue.

1/ Je n’avais pas plus creusé le sens/l’étymologie des mots utilisés. La Bouquinerie Imaginaire. Une bouquinerie revend des livres d’occasion. En le choisissant, il y a une éternité de cela (non), je trouvais juste que le mot bouquin faisait moins sérieux et plus vivant que livre, et puis j’aime les vieux objets. Imaginaire c’était en référence au le Pays Imaginaire de Peter Pan et pour toute la philosophie qui s’en dégage. Pays des Merveilles est beaucoup plus prisé, c’était dommage. Aussi, j’aime la littérature imaginaire mais je lis presque de tout 😊

2/ En dehors de parler de littérature variée, il y a beaucoup de choses dont on peut discuter autour des livres. Ne faire que des « chroniques littéraires » est parfois répétitif (même si c’est ma partie préférée), aborder d’autres sujets peut-être tout aussi intéressant.

  • Ces autres sujets sont parfois des « débats », même s’il est impossible de débattre par écrit sur son propre blog parce qu’il n’y a pas d’échange rapide et impératif, ou des avis par rapport à certains sujets, des découvertes à partager, des tags et du blabla. Ce n’est plus de la littérature « directe » (comme certains peuvent le reprocher sur les réseaux) mais ça fait toujours partie du « monde des blogs littéraire ».

  • En 2019, une nouvelle résolution était apparue : celle de parler de plein d’autres éléments : films, séries et d’ART (plutôt dessin et peinture) par envie de partage et de ce qu’on pourrait en tirer.

3/ A noter que LBI était mon tout premier blog, que son avenir était très incertain au moment de sa création et que mes connaissances étaient totalement nulles. Honnêtement, elles n’ont pas beaucoup évolué : WordPress.com est assez simple une fois qu’on a appris à utiliser un thème, le reste est géré par la plateforme. Passer sur l’autre WordPress demande un certain temps de décision et d’adaptation (ce n’est pas encore ça).

Changer « d’hébergeur » et de nom est donc la solution que j’ai choisie pour obtenir plus de liberté tant au niveau du fond que de la forme. Avec un nom suffisamment large, il me sera alors plus simple de parler de diverses formes de culture. J’ai bien sure peur que ça ne plaise pas à tout le monde, la communauté que je suis est très littéraire et inversement. Mais comme on dit qui ne tente rien n’a rien ! 12

3

Petit aparté sur la culture : tout comme la confiture il y en a plusieurs sortes ! Le plus souvent quand on parle de culture les notions qui en ressortent le plus sont en rapport avec la culture artistique (littérature, cinéma, danse, musique, théâtre, peinture, dessin…). En réalité son sens serait plutôt : tout ce qui est différent de la Nature mais aussi quelque chose qui est commun/partager avec un groupe. D’après Wikipédia : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels, matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts, les lettres et les sciences, les modes de vie, les lois, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. Ce « réservoir commun » évolue dans le temps par et dans les formes des échanges. »

En disant blog culturel, c’est pour faire référence au domaine littéraire et le domaine artistique.

  1. Je ne prétends pas avoir de connaissances particulières, seulement un intérêt grandissant.

  2. Ce mot aide face à un souci de termes allant avec le concept des blogs.

  3. Si besoin, il permet une diversification.

4

D’après le dictionnaire de Trévoux de 1771, il y aurait trois mots composants de la curiosité, « Curiosus, cupidus, studiosus », soit l’attention, le désir et la passion du savoir. Le mot désignerait « à la fois l’état du sujet et la nature de l’objet, et qu’il soit toujours resté attaché à l’activité artistique ou scientifique de l’amateur. » La curiosité serait donc un mélange de sentiments et de l’histoire des objets. Mais c’est aussi la passion de l’inconnu, un désir de voir, de connaître, de s’instruire. 

1/ Qui n’a jamais entendu l’adage « la curiosité est un vilain défaut » ? La curiosité peut aussi se rapporter à une forme d’indiscrétion envers la vie d’autrui. Dans ce cas-là, ça serait une sorte d’atteinte à la liberté/ à la vie privée rendant le caractère de curieux comme étant un attribut négatif. Ce n’est pas ce qui est recherché.

2/ La curiosité est parfois traitée comme une diabolisation de nos désirs. Le désir de savoir, de se questionner sur le sens des éléments, de la nature, de l’art et de la beauté est parfois mal vu. Pourquoi ? C’est une bonne question, parfois certains ne veulent pas répondre à nos interrogations ou ne veulent pas se poser de questions. C’est un choix et non un vice.

3/ Une curiosité peut être quelque chose de monstrueux (dans son premier sens), qui est montré, inhabituel, différent, beau et intrigant. Un petit quelque chose qui sort de l’ordinaire, qui est vrai.

4/ Celui qui questionne est bête un instant celui qui ne dit rien restera bête toute sa vie. C’est une phrase que répètent souvent les professeurs. La curiosité « saine » / qui ne restreint et n’emprisonne personne est une bonne chose. Quoi de mieux que d’être satisfait d’en prendre plein la vue ?

Au vu de ce qui est écrit ci-dessus, vous vous en doutez, je pense que certaines curiosités sont une bonne chose. Parfois, il est pénible d’entendre « tu te poses trop de questions » et de ne pas avoir de réponses. Ici sera comme un espace de liberté sans contrainte, sans jugement.

Aussi, les curiosités qui m’animent sont les sciences et l’art. C’est un peu mon univers, le vrai, et j’aimerai qu’on puisse partager autour de tout ça, si vous le voulez bien…

5

Pourquoi un caméléon ?

1/ La biologiste en moi est tentée de vous parler de ses caractéristiques anatomiques, écologiques, comportementales, de sa classification… Il y a beaucoup d’éléments qu’on pourrait aborder sur eux entre la langue, leurs yeux mobiles, leurs doigts et surtout leur couleur. Mon animal préféré est le renard mais celui qui m’intrigue le plus le caméléon. (Voilà c’est nul)

2/ J’aime vraiment l’aspect empathie que dégage cet animal, sa capacité d’adaptation à son milieu (le mimétisme) et son agilité. J’aimerais lui ressembler pour autre chose que l’empathie.

3/ Il y a un lien avec mon prénom. :3 

Vous savez tout. Enfin…

Merci d’être passé par ici et au plaisir d’échanger !

Une belle journée !

giphy.gif