L’année poétique de Frédéric Marcou

Résumé

Une année au fil de la poésie, pour se laisser bercer et transporter par de simple mots.

Réaction complexe :

Je ne sais pas trop comment expliquer, formuler, dire ce que j’ai pensé de cette lecture. La poésie n’est pas un genre vers lequel je me tourne directement. J’adore la poésie mais généralement je lis un poème de temps en temps, puis j’essaye d’y penser dans la journée. C’est toujours par amour des mots ou selon mes émotions. Lire un recueil a donc été l’occasion de diversifier le blog et surtout de ne plus laisser la poésie de côté.

Je tiens aussi à dire que ma réaction face à ces mots est encore plus personnelle que pour d’autres livres, étant donné que la poésie demande une certaine implication.

 » Alors quelques mots

Pour une recette de bonheur :

Paix, amour, écoute et compassion. « 

Premières impressions :

Je ne sais pas si je suis la seule à penser cela, mais la lecture puis la compréhension des poèmes m’a semblé « facile ». Avec la poésie rien n’est jamais facile. Aussi, un poète est un être humain, tout ce qu’il y a de plus complexe, on ne sera jamais vraiment la vérité. En acceptant notre première impression, c’est agréable d’avoir le sentiment de comprendre. On se sent plus impliquer dans son œuvre. C’est comme si on découvrait à nouveau la poésie, la Vie à nouveau. Ici, on n’a pas affaire à des tournures diaboliques qui rappellent les heures passées à analyser les brides de Baudelaire ou Rimbaud. On ne se sent pas obligé à reconnaître un travail de style avant d’apprécier une évasion. C’est comme si la poésie était rendue accessible à qui celui qui se donne la peine de la regarder. On pose nos yeux et on se laisse embarquer.

L’année de Frédéric Marcou :

Il semblerait que l’année de Frédéric Marcou a été bien remplie ! Il aborde d’innombrables sujets et le rythme de ses poèmes est marqué par la vie. Une vie est variée, et ici on a droit à toutes les observations possibles, les revendications, critiques, éloges, plaintes, inspirations, pensées… Je trouve que cette variété permet de toucher plus sensiblement, on comprend. On se laisse charmer par ses mots aussi tendres et durs soit-il. On écoute les mots parler à son monde.

 » Les arbres sont témoins

Des activités humaines

Si les arbres pouvaient parler

Ils raconteraient les méfaits des petits hommes « 

Apprécier, comprendre, être gêné :

C’est quelque chose de toute bête, mais lire des sujets aussi personnels à titre non posthume m’a gêné. J’admire la sincérité et la beauté mise dans un quotidien. Écrire de telles choses, c’est comme ouvrir son âme. Maintenant je connais la pensée de quelqu’un d’autre. Il y a des choses que je comprends d’autres non. J’ai toute la vie pour comprendre sa poésie.

De plus, il y a certains poèmes qui ont plus marqué mon attention. Certains que j’ai plus appréciés, ou moins et d’autres que je n’ai pas compris. Certains sujets m’ont dérangé à lire. Par exemple ceux sur le fait d’être poète ( je pense à « méditation de café »), je trouve cela d’un côté égoïste, mais aussi complexe : je ne comprendrai jamais. Ensuite il y a ceux qui m’ont lancé comme une piqure de rappel, comme un avertissement ou alors un mode d’emploi. C’est par exemple le cas de « J’étais vieux ». C’est triste et beau à la fois. Enfin, j’ai beaucoup aimé ceux parlant de l’amour et de la nature, c’était vraiment très touchant. Aussi, mes poèmes préférés sont les « Ode neigeuses » …

 » Aujourd’hui, j’écris.

Mes mots avides.

Prêts à sortir du vide.

Ma fragilité intérieure.

Orchestre mes maux extérieurs. « 

~~

 » J’aime regarder la neige tomber

Elle purifie l’atmosphère de ses flocons

Elle nous nettoie aussi l’âme et l’esprit

Qui le temps d’une bourrasque

Retrouvent leur virginité originelle. « 

Mon avis :

Je ne pense pas avoir pu tout apprécier, et heureusement, il en faut pour tous ! Ensuite, j’ai beaucoup aimé lire cette « correspondance » face à la Nature, l’Amour, le Bonheur, la tristesse, la douleur et la maladie. On dirait que chaque émotion que l’homme est capable de ressentir ou percevoir est retranscrit. Aussi cette retranscription est faite avec abondance d’éléments. J’ai beaucoup aimer lire de telles choses. Après la vision du « poète voyant » (je crois que c’est comme cela qu’on dit) ne m’a pas trop inspirée. Étant extérieur au sujet, j’ai eu du mal à saisir l’idée.

Finalement, j’ai bien aimé ce recueil, je l’ai trouvé beau, accessible, simple et j’ai pu me laisser emporter sans problème !

Remerciements :

Tout d’abord, ~je tiens à remercier l’auteur et la plateforme SimPlement pour leur confiance. Ensuite, je tiens à dire que j’admire ce travail. Cette lutte et cette ode à la vie en général, c’est vraiment beau et touchant à lire.

 

Titre : L’année poétique

Auteur : Frédéric Marcou

Éditions: Atramenta

Année de parution : 2012

Nombre de pages : 110

ISBN: 978-952-273-070-1

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s