Bande-dessinée et roman graphique, Classique, Historique

Ce qu’il faut de terre à l’homme de Martin et Charles Veyron

Résumé :

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant. D’après une nouvelle de Léon Tolstoï.

Précisions :

Cette bande dessinée est la retranscription du conte de Léon Tosltoï paru en 1886. Comme l’histoire originale, le but de cette œuvre est de montrer la cupidité de la nature humaine au détriment d’autrui. Un récit aux messages forts qui mène à de grandes réflexions.

Des personnages à l’histoire : ils nous ouvrent les yeux :

Les personnages de cette histoire sont nombreux. Ceux qui nous intéresseront le plus sont un jeune couple vivant à la campagne ainsi qu’une « ancienne« . Le jeune couple vit de l’agriculture, du travail de leurs mains, de leurs bêtes et de la terre. Ils semblent heureux avec leur jeune fils. Leur mode de vie est sain et rempli de plaisirs simples que procure la nature. Tout se passe pour le mieux jusqu’au jour où, des membres de leur famille viennent les visiter. La sœur de l’épouse vente les bienfaits de la ville tandis que son mari suppose à Pacôme d’agrandir l’exploitation. Naît ensuite le désir d’en vouloir plus. Plus de bétails pour plus d’argent. Toujours plus. Mais comment obtenir les terres nécessaires ? Réponse : en exploitant la Barinya !

Cependant, la vieille propriétaire engage un intendant. Il est chargé de gérer les biens et de punir les profiteurs de la faiblesse de l’ancienne. Il met à l’amende les paysans qui prenaient trop de libertés avec ce qui ne leur appartient pas. La colère gronde au village et de nouveaux combats naissent.

Qu’est-ce que l’homme ne ferait pas pour le pouvoir et l’argent ?

L’évolution des personnages :

Ce qui a été très intéressant dans ce livre, autre que la dénonciation, c’est de voir à quel point les personnages ont évolué. En bien comme en mal. Pacôme vers la cupidité, sa femme qui va lutter contre l’attraction de son mari, qui cherche à garder son bon sens, leur fils qui voit son environnement changer et la Barinya qui prendra conscience de l’importance de ses choix.

« On dirait qu’être riche pose plus de problèmes que n’en résout. »

Les dessins :

J’ai beaucoup aimé les dessins. Ils sont simples, réalistes et font passer l’essentiel. Ils nous permettent de voyager entre steppes, champs et villages. On découvre un pays dont les paysages sont peu connus et dont l’agriculture a longtemps marqué le quotidien de la population. Aussi, les couleurs sont bien choisies ! Elles rendent parfaitement compte de l’émotion que suscite l’histoire.

Mon avis :

Cela peut paraître comme une raison superficielle, mais j’ai emprunté ce livre à la bibliothèque car la couverture et le titre me plaisaient bien. Et que les BD se lisent vite… Lorsque je me suis aperçu que ce livre était une retranscription d’un conte de Tolstoï, j’ai eu peur de tomber sur des personnages avec des noms à rallonge. J’ai été contente de pouvoir lire une œuvre de cet auteur et je n’ai pas été déçue. Les personnages sont nombreux pour une BD mais sont très faciles à distinguer visuellement. Aussi l’histoire est fluide, prenante et fait réfléchir. Elle nous permet de nous remettre en question. À une heure où la société de consommation définit nos modes de vie, il est intéressant de lire une histoire moralisatrice telle qu’on lirait dans un conte pour enfants.

Martin et Charles Veyron ont rendu accessible à un vaste public de la grande littérature russe et m’ont aussi donné envie de me plonger dans le texte original ! 🙂

À votre avis qu’est-ce qu’il faut de terre à l’homme ?

Titre : Ce qu’il faut de terre à l’homme

Auteur : Martin Veyron

Coloriste : Charles Veyron

Éditions : Dargaud

Année de parution : 2016

Genre : Bande-dessinée

Nombre de pages : 128

ISBN : 9782205072471

1 réflexion au sujet de “Ce qu’il faut de terre à l’homme de Martin et Charles Veyron”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s