Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri

Les-garcons-de-l-ete

 

Résumé :

Études brillantes, famille convenable et convenue, beauté radieuse et maîtrise du surf, Thadée et Zachée ont cru que l’été serait sans fin. Que la vie se passerait à chevaucher les vagues, entre jaillissements d’embruns et poudroiements de lumière. Mais en mutilant sauvagement Thadée un requin-bouledogue le prive de l’existence heureuse auquel il semblait voué : il est devenu un infirme. La bonne santé des uns, la sollicitude des autres le poussent à bout. Et le révèlent à lui-même…

Je l’ai aimé. Comme je l’ai aimé, lui, ça non plus, je ne le retrouverais jamais, cet amour inconditionnel et pur qui me liait à mon aîné. Personne jamais ne m’inspirera autant d’admiration autant de volonté éperdue d’imitation et de dévouement.Il a été mon dieu- et pourquoi il ne l’aurait pas été, je connais peu de gens qui n’aient pas été fascinés par Thadée avant son accident .

L’histoire :

Ils avaient tout pour plaire. Ils correspondaient parfaitement aux critères actuels de la société. Ils incarnaient la réussite. Des demi-dieux. Deux beaux et grands garçons, intelligents, populaires, très sportifs, des pros du surf, proche de leurs parents et de leurs amis : tout va pour le mieux. Le problème, c’est que le surf entraînera la chute de cette famille.

Les apparences sont souvent trompeuses. Il ne faut pas se fier au commencement de cette histoire ni à la douce couverture. Les garçons de l’été est rempli de violence, de désillusion, de tromperies, de vengeance, de jalousies, de désespoir, de rage, de perversité. C’est un livre sombre qui nous plonge au côté de la nature dérangée de certains Hommes.

 Alors voilà, d’une certaine façon, je suis jeune, bien sûr. Mais la vraie jeunesse, qui comporte forcément une part d’innocence ou d’inconscience heureuse, cette jeunesse-là m’a quitté pour toujours. Il se peut même qu’elle ait pris fin le jour où un requin a arraché la jambe de mon frère dans les eaux agitées de l’océan Indien, en ce jour qui avait si bien commencé et qui devait si mal finir. Mais c’est sans doute le cas de tous les jours de malheur : ils commencent comme tous les autres, on se lève comme d’habitude, on ne pressent rien, on s’avance vers le drame le cœur léger.

Les personnages :

Dans la famille Chastaing il y a Mylène, la mère, aussi appelé Mi (même par ses enfants !), Jérôme le père, et leurs trois enfants. Thadée, l’aîné, Zachée le cadet et Ysé la petite sœur… Mais le plus important c’est de se rappeler qui sont les demi-dieux de Mi : ses deux fils. Et plus particulièrement Thadée qu’elle idolâtre. C’est un portrait en apparence simple (malgré cette « petite préférence ») et idéal d’une famille bourgeoise qui risque bien de s’assombrir avec l’accident… Chaque épreuve nous transforme, peut nous détruire, certaines plus que d’autres… Ou alors nous révèle-t-elle au grand jour ?

 

La chute de Phaeton

La Chute de Phaeton de Paul Rubens

Richesse :

C’est une des choses qui m’a le plus étonné avec ce livre : sa richesse. L’auteure a su parfaitement documenter son histoire. On découvre l’univers du surf (bon c’est peut-être un peu trop précis pour moi), mais aussi avec tous ces lieux cités, entre France et Réunion, entre terres et océans. Mais il n’y a pas que ça. Les personnages sont aussi intéressants : leurs traits de caractère sont complexes et propres à chacun, leur psychologie est profonde, leurs troubles et ambitions bien marqués, le vocabulaire personnel, et les points de vue multiples. Tout est très fluide, parfaitement rythmé et en même temps complet ! C’est superbe !

Biarritz, le Parmelan, la Réunion

C’est encore plus chouette :

·         La richesse, encore.

·         A travers chaque chapitre on découvre le point de vue d’un autre membre de la famille. Loin d’être lassant et répétitif, ce processus nous permet d’en apprendre plus sur la scène dans sa globalité et de découvrir chaque angle, chaque visage de cette sombre histoire.

·          C’est rare (encore une fois) mais la diversité des narrateurs procure encore plus un sentiment d’appartenir à la scène. C’est comme si nous les connaissions (malheureusement) tout, que nous connaissions toutes leurs pensées et toutes leurs réflexions. Mais il n’y a pas que cela. Selon les personnes qui parlent, le texte s’adapte. Par exemple le langage peut être plutôt riche ou plutôt familier, plutôt calme ou énervé. Dans le fond comme dans la forme, les mots transmettent à merveille les émotions et les impressions. C’est comme si nous les connaissions encore plus.

J’ai embrassé l’aube d’été et j’ai cru que cette sensation-là, cette communion entre moi et les éléments, cette harmonie entre mon corps et mon esprit, ce serait ma vie.

Mon avis :

Ce livre est un énorme coup de cœur. J’en avais entendu parler sur la plate-forme de Livraddict. Il y avait un partenariat suscitant beaucoup d’interrogations. Mais ce qui m’a vraiment marqué c’est les retours et le nombre de discussions à ce sujet. Ce livre aux apparences de bit-lit n’en est absolument pas un. C’est très particulier et trop sombre !

C’est bien la première fois que je lis un livre comme celui-ci. Il ressemble à aucun autre. Presque tout me plaît dans ce livre. Le sujet abordé, les sentiments entremêlés, le réalisme de l’histoire, la richesse globale du livre et sa portée. C’est un livre qui nous fait ressentir. Ressentir du dégoût, du mépris de la rage. Sommes-nous nous aussi des créatures obscures ?

Tout est très immersif et pousse une porte vers une réalité bien trop sombre. On dirait un épisode de Black mirror ! Le texte joue aussi avec la symbolique des éléments et des évènements. C’est encore plus choquant et particulier. Il y a encore de nombreuses références…

J’ai néanmoins été dérangée par deux ou trois choses : les clichés et la fin de l’histoire. Les clichés je ne sais pas s’ils sont volontaires mais ils m’ont bien agacé. Faut-il être absolument sportif, bien musclés, bien bronzé, bien entouré, très attirant et bon en maths pour plaire ? Parce que si on retient bien c’est ce qui fait le « charme » de ses deux garçons. Nous sommes donc réduits à cela ? Soit beau et tais-toi. C’est triste. La fin aussi est étrange. Elle n’est pas mauvaise juste inattendue !

Il y a encore beaucoup de choses à dire mais la chronique semble déjà bien assez longue… Je tourne en rond et oublie l’essentiel : ce livre est une drôle de pépite, n’hésitez pas à le découvrir ! 😉

Petits plus :

–          Voici le Booktrailer des Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri présenté par Folio :

–         Une interview de l’auteure des éditions P.O.L. :

Titre : Les garçons de l’été

Auteure : Rebecca Lighieri

Éditions : Folio

Genre : Thriller psychologique – Contemporain

Année de parution : 2018

Nombre de pages : 412

ISBN : 9-782072-755200

 

 

 

6 réflexions sur “Les garçons de l’été de Rebecca Lighieri

    • Oula, encore une fois je suis désolée pour le délai… Je n’avais pas vu le commentaire et problème de gestion du blog ces temps-ci…

      Ah oui ça serait tout à fait leur « type de livre » ! C’est super ! 🙂 et merci pour ton commentaire ! 😀

      Aimé par 1 personne

  1. Je comprends et j’adhère à ton ressenti. C’est une histoire qui se lit tellement bien malgré tout ce qui s’y trouve. Pour ma part, pas un coup de cœur, je ne sais pas comment classer ce roman. Tu as tout dit et joliment. Je suis encore à me demander plusieurs jours après lecture si c’est du très bon ou du très mauvais. D’où le fait que j’ai parlé d’un livre à lire d’urgence ou à jeter… Pour te faire vivre quelque chose, c’est du lourd. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s