imaginaire, Jeunesse, Science - Fiction

The Rain de Virginia Bergin

005059285

Résumé de l’éditeur

Une pluie mortelle s’abat sur la Terre : l’humanité est menacée de disparition. Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père.

Je m’appelle Ruby Morris, et voici mon histoire. Si vous la lisez, vous avez énormément de chance d’être encore en vie.

Question : quand faut-il abandonner tout espoir ?

a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus.

b) Dans deux semaines, environ.

c) Jamais.

d) J’imagine qu’il pourrait y avoir un d), mais s’il existe, je ne l’ai pas encore trouvé…

« La pluie ». C’est tout ce que je me rappelle avoir entendu, au départ. « C’est dans la pluie. »

L’histoire…

Le début de l’histoire est assez original, l’héroïne raconte cette catastrophe comme si elle écrivait dans un journal pour ses futurs lecteurs. Elle commence d’une manière assez sarcastique « Si c’était juste une histoire – le genre de roman idiot qu’on lit pour se divertir -, le début serait génial ! Tellement fantastique que tout le monde voudrait en faire un film. » (voir Premières lignes – The Rain de Virginia Bergin). De cette manière elle met le doigt sur quelques éléments bien stéréotypés du cinéma hollywoodien. On apprend que la Terre a déjà subi une grosse catastrophe causée par un astéroïde mais qu’un homme super fort, beau et intelligent a sauvé tout le monde applaudi par sa copine. Quelque temps plus tard une pluie mortelle s’abat sur la Terre et tout change. Le poison est dans l’eau, et, en dehors de l’air, quoi de plus dangereux et vicieux que cet élément pour se répandre rapidement ? L’eau s’infiltre de partout, une fois sur le sol elle peut descendre dans les nappes phréatiques et dans les canalisations, aussi, comme le cycle de l’eau est un phénomène naturel impressionnant et parfois imprévisible, lorsque les êtres humains ne peuvent plus l’exploiter, il est potentiellement infini. Et une seule goutte sur la peau suffit à tuer un humain. C’est donc très facile de se faire avoir par l’eau.

Il n’y avait pas d’étoiles. On ne pouvait pas les voir, à cause des nuages pleins de bactéries mortelles. Il n’y avait pas non plus de brise. Juste le murmure de la pluie, qui chuchotait inlassablement : « Je vais te tuer ». Les oiseaux ne chantaient pas dans les arbres. Ils étaient trop occupés à picorer les yeux des morts.

Du côté des personnages

La jeune fille racontant cette histoire se nomme Ruby et c’est une ado qui correspond vraiment au cliché qu’on peut se faire de l’adolescente en pleine crise existentielle. Tout l’énerve, ses parents, son beau-père et les cours. Elle a des amis sympas et son rêve c’est de sortir avec le beau gosse populaire du lycée. En dehors de ça elle se comporte de manière exécrable avec ses proches et a beaucoup de rage en elle. Son beau-père, Simon, est très réfléchi et attentionné. Honnêtement je ne sais pas comment décrire Ruby parce qu’elle est insupportable. Son côté tête brulée ainsi que son fort caractère lui permettent de sortir de situation délicate, mais elle a beaucoup trop de rage et de méchanceté en elle. C’est un personnage « fort » malgré cela pas très réfléchi et trop dédaigneuse à mon goût. Si l’histoire c’était déroulée dans un lycée, ça aurait surement été la peste de service. C’est d’ailleurs un fait étrange dans ce genre de livre, souvent soit on a un personnage populaire mais anéanti, soit une pauvre fille « paumée » qui veut à tout prix être la reine de son lycée. Ici c’est un curieux mélange entre les deux types de personnalités que peuvent avoir les adolescentes dans un roman jeunesse. Elle ne rêve que de gloire et n’hésite pas à rabaisser les autres pour montrer sa prétendue supériorité. Elle est détestable.

La cruauté du destin est sans limites. J’étais peut-être en compagnie du dernier garçon sur terre, et il fallait que ce soit un nerd. (A ne pas confondre avec un geek. Les geeks sont utiles, cool et parfois beaux gosses.) Et ce pauvre typa avait osé penser que lui et moi…Non, je ne peux même pas le répéter !

Mon avis

Je ne sais pas si j’ai apprécié ou non ce livre. D’un côté le rythme est très fluide et l’histoire addictive et d’un autre côté il y a le personnage de Ruby. J’ai lu ce livre en deux soirées et je me rappelle avoir bassiné ma sœur et mon beau-père à table en leur disant que cet univers est génial. Aujourd’hui je n’en suis plus vraiment sûre. Cette histoire d’eau toxique est très intéressante parce que c’est peut-être quelque chose qui pourrait arriver. Après, cette lecture n’était peut-être pas la meilleure chose à faire au vu de l’actualité, mais force est de constater que certaines situations reflètent tristement les comportements humains : papier toilette, dévaliser les supermarchés, informations des médias, pas d’informations du gouvernement, bêtise, violence et vous verrez si vous le lisez. J’ai été assez étonné de certaines situations, en lisant un chapitre A je me disais oh l’auteure n’a pas pensé à cette question ça me perturbe et dans le chapitre B il y avait la réponse. Ainsi, l’originalité du phénomène « H2O », couplé avec certaines dénonciations et une intrigue rythmée et réfléchit en fait un très bon roman. En revanche, j’ai rarement lu un personnage aussi détestable. C’est peut-être fait exprès pour en quelque sorte caricaturer les personnages adolescents dans la littérature jeunesse, ou pas. J’ai du mal à accepter le fait qu’une personne dénonce tant de clichés, dans le sens « mauvais cliché », et soit un stéréotype ambulant. Je trouve l’héroïne très peu intéressante et l’image renvoyée n’est absolument pas flatteuse pour les adolescentes. Elle est accro à son téléphone, irrespectueuse, ne pense qu’à être populaire et sortir avec un garçon qui à « la côte », dénigre les personnes différentes, est égocentrique, ne se remet pas en question et n’est pas du tout reconnaissante. C’est typiquement le genre de comportement que reprochent des personnes vieilles envers des adolescents. Parfois ce type de comportement peut être vrai, mais c’est un stéréotype : une idée, opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir (CNRTL).

Je ne sais pas si j’ai apprécié ou non ce livre parce qu’il y a de bons éléments cependant le personnage et ses idées ne me plaisent pas. C’est aussi un livre « marquant » parce qu’il me fait me poser une question concernant mes lectures : la question du contenu. La littérature jeunesse m’ennuie et me déplaît de plus en plus mais j’ai du mal à me retrouver dans des lectures « plus complexes ».

Cela étant, j’ai acheté ce tome et sa suite d’occasion. Je la lirais prochainement pour me faire un avis plus complet sur la saga. Je suis aussi curieuse de voir ce que pourrait donner la série, elle a l’air dans la même veine que The 100, ça pourrait être très sympathique.

Je me permets aussi de partager deux chroniques : celle de Tomabooks  et celle de Les critiques de Yuyine dont je rejoins les avis.

Films

The Lighthouse

the-lighthouse

Concernant le film

C’est un film d’épouvante / drame de 1 heure 48 réalisé par Robert Eggers en 2019. Il est joué par Willem Dafoe, Robert Pattinson et Valeriia Karaman. Il retrace l’histoire hypnotique et hallucinatoire de deux gardiens de phare sur une île mystérieuse et reculée de Nouvelle-Angleterre dans les années 1890.

Lire la suite « The Lighthouse »

Dramatique, Jeunesse, Polar, thriller

Cruelles de Cat Clarke

Cruelles.jpg

Résumé :

Lors d’un séjour avec sa classe en Ecosse, Alice et sa meilleure amie Cass sont coincées dans une cabane avec Polly, l’asociale de service, Rae, la gothique aux terribles sautes d’humeur et Tara, la reine des pestes. Populaire, belle et cruelle, cette dernière prend un malin plaisir à humilier les autres. Cass décide qu’il est grand temps de donner à Tara une leçon qu’elle n’est pas prête d’oublier. Va alors se mettre en marche une succession d’événements qui vont changer la vie de ces filles à jamais.

Quatre filles.

Un secret partagé.

Une montagne de culpabilité.

« Je ne suis pas bête au point de penser pouvoir réparer ce qui lui est arrivé.

Mais il faut que je redevienne delle que j’étais avant, quelqu’un qui fait les bons choix… »

Entrez dans l’univers de Cat Clarke, la reine du thriller émotionnel !

Lire la suite « Cruelles de Cat Clarke »