Comics book, imaginaire, Science - Fiction

Sweet Tooth : tome 1 de Jeff Lemire

Résumé

Dix années se sont écoulées depuis la mystérieuse pandémie qui frappa la Terre et décima la quasi-totalité de la population. De celle-ci, naquit une nouvelle espèce : mi-homme mi-animale. Gus fait partie de ces enfants hybrides dont on ignore tout, livré à lui-même depuis la mort de son père. Au cours de son voyage à travers une Amérique dévastée, Gus croisera la route de Jepperd, homme massif et taciturne avec qui il se met en quête d’un refuge spécialisé. Mais sur leur route, les chasseurs sont nombreux.

Une intrigue entraînante

La première planche nous plonge dans l’univers de Gus curieux personnage mi-homme mi-cerf âgé de neuf printemps. On découvre un enfant innocent. Il vit seul avec son père dans les bois du Nebraska avec comme seul règle : ne jamais quitter les bois. Puis son père meurt. Et Gus est ravagé par de terribles cauchemars. Lorsqu’il ferme les yeux il voit le visage du Costaud. On se pose alors mille questions ! Pourquoi lui ? Qui est cet homme ? Quel est son rôle ? Pourquoi se comporte-t-il de la sorte ? À quand leur rencontre ? Au fil des pages on va découvrir le fameux Jepperd… L’aimer ou le haïr tout en se laissant surprendre par cette drôle d’histoire. On ne cesse de se demander qui ils sont et que font-ils … À quand les réponses à toutes questions ?

Concernant les personnages

Le personnage principal, Gus, est celui qui paraît le plus fragile. Son père l’a préservé du monde des hommes et il vit dans l’ignorance de ce qu’il y a « au-dehors ». La seule chose qu’il sait : son statut d’hybride est dû à la mystérieuse pandémie. Et quand son père décédé il est livré à lui-même. On découvre alors un personnage naïf et peut réfléchir mais qui a un grand cœur. C’est pour ça qu’on l’aime ! Il est simple et encore dans la fleur de l’âge et ça en fait un personnage profondément gentil et attachant. (et il aime le chocolat!)

Jepperd lui est tout l’opposé. Personnage brut et fort il est à l’image des méchants des dessins animés ou durs au grand cœur. Son caractère mystérieux et ses actes dangereux questionnent… Mais que prévoit l’auteur ?

Un décor superbe

Du début jusqu’à la fin l’auteur nous en fait voir de toutes les couleurs. Du fin fond des forêts du Nebraska jusqu’à la « réserve » les dessins ne sont que plus riches. Malgré les traits bruts, le crayon de Lemire révèle un univers riche et intéressant. Il rend ses personnages très expressifs. Aussi, même si je ne suis pas une grande fan des bagarres et du sang qui gicle les scènes sont très réussis. Ensuite, de nombreux détails sont présents: quand on est face à un flash-back on plonge dans des couleurs plus froides et des images plus floues (comme dans nos souvenirs). Lorsqu’on revient au présent le personnage traverse les mêmes endroits que ceux du passé. J’ai trouvé la mise en scène impressionnante !

Un récit riche en référence

Des références bibliques:

La première chose qui m’a frappé en lisant c’est l‘attitude du père de Gus qui, dans sa folie, va se révéler être un « prophète ». C’est de lui que découlent les cinq règles que doit appliquer Gus cela fait penser aux cinq commandements. Ensuite, le père ne va pas cesser de converser avec Dieu et de le citer dans toutes ses actions. Sa vie se résume à l’existence de son fils et de sa dévotion. La préface de Michael Sheen montre aussi cette idée. Il écrit: « Quitter les bois est un péché. C’est désobéir à Dieu et, comme Adam, cette erreur doit être payée. Mais c’est seulement en désobéissant à Dieu que l’homme a entamé son long périple vers la conscience de lui. Et, avec la conscience, est venue connaissance, puis avec la connaissance, le début de l’arrogance. Les Grecs appelaient ça l’hubris. Un orgueil démesuré, punissables par les Dieux.». On pourrait aussi se demander si ce n’est pas le père qui créa la maladie pour « nettoyer » le vice des hommes...

Un côté The Walking Dead :

J’ai trouvé le contraste entre les bois et le monde des hommes très intéressant. Gus va quitter la douce nature pour un monde plus sombre rempli d’horreur. Son changement d’environnement et l’histoire post-apocalyptique rappel aussi les débuts de la série The Walking Dead de Tony Moore avec le personnage de Rick qui découvre les restes de son monde et partant à cheval vers la « civilisation ». On peut alors se demander si Gus deviendra le chef d’un groupe de rescapés et si leur situation sera vivable à la longue…

L’intervention de Walt Disney

Quand Gus ne rêve pas du Costaud… il rêve de Bambi ! (Ou Dandy comme il le nomme). Cette apparition nous rappelle notre enfance quand on regardait des cassettes. La mort de la mère du faon va le pousser à fuir sa forêt natale et en chemin il va se faire des amis comme notre Gueule Sucrée. Par ailleurs, un bon Disney est toujours source de morale ou recommandations... Tout comme Dandy…

Mon avis

La couverture du bouquin m’a tout de suite plus quoi de mieux qu’un gamin aux airs de Pinocchio amoureux de chocolat et de carreaux écossais? Je ne sais pas! Je trouve cette histoire de gamin mi-humain mi-animal fascinante. On veut savoir ce qui est à l’origine de la pandémie mais aussi mieux connaître les personnages. Qu’est-ce qu’il y a véritablement dans leurs cœurs ? Tout au long de l’ouvrage, le lecteur est malmené on pense que tel personnage est plutôt gentil et on se rend compte quelques épisodes plus tard que c’est faux et inversement. L’auteur se joue de nous et ça nous plaît !

Cependant j’ai trouvé que le côté post-apocalyptique, même si Jeff Lemire la maîtrise à merveille, est vu, re-vu et re-re-vu ces derniers temps. Avec La 5 ème vague de Rick Yencey on a aussi une pandémie, dans la saga Les Insoumis, écrite par Alexandra Bracken , la pandémie modifie les enfants…

Petits plus

La série aborde divers thèmes qui sont cher à Gus et que je trouve intéressant de signaler : le pouvoir de l’amitié , l’influence des autres sur soi, le mal que l’homme peut faire à la nature… On pourrait peut-être aussi sentir une critique envers les scientifiques qui se permettent tous un tas d’expériences douteuses et sur le pouvoir destructeur de l’homme.

Aussi la collection Vertigo Essentiels offre de très belles ébauches et croquis de l’auteur ainsi que ces annotations ! C’est très intéressant !

1 réflexion au sujet de “Sweet Tooth : tome 1 de Jeff Lemire”

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s