Bande-dessinée et roman graphique, Historique, imaginaire, Science - Fiction

Jour J, Napoléon Washington de Duval, Pécau et Mr Fab

Série: Jour J  Tome : 17

Titre : Napoléon Washington

Scénario : Fred Blanchard, Fred Duval, Jean-Pierre Pécau

Dessin : Mr Fab

Editeur : Delcourt

Année de parution : 2014

Nombre de pages : 56

Genre : BD, Uchronie, Historique

ISBN :978-2-7560-4219-0

« 1799:le fils adoptif du père de la nation américaine part à la recherche de l’Eldorado »

Quatrième de couverture :

Le concept:

Et si l’Histoire avait pris un cap différent de celui que nous connaissons ? Et si les Russes avaient réussi à marcher sur la Lune avant les Américains ? Et si l’épicentre de la guerre froide s’était trouvé à Paris et non à Berlin ? Et si l’attentat de Dallas avait eu lieu en 1973 et non en 1963 ? Et si l’Allemagne avait gagné la Première Guerre mondiale ? Et si l’imagination avait pris le pouvoir en mai 68? Et si les anarchistes avaient renversé le tsar Nicolas II en 1917 ?

Tous ces récits, fondés sur des faits historiques et des hypothèses réalistes, nous amènent à découvrir les conséquences de ce jour où tout a basculé : le JOUR J.

L’album:

Carlo Maria Buonaparte, avocat victime des vendettas corses, décide de partir pour les Amériques. Dans ce Nouveau Monde en pleine révolution, il s’engage auprès des rebelles américains et devient l’ami du plus célèbre d’entre eux, George Washington. Avant de mourir sur le champ de bataille, il fait promettre au père de la nation américaine de devenir également celui de son fils, le jeune Napoléon.

Le héros:

Napoléon Bonaparte, né à Philadelphie le 15 août 1769. Son père, exilé de Corse, combat pour l’indépendance de l’Amérique aux côtés de George Washington. Ce dernier adopte l’enfant Bonaparte après la mort de leur père. Le jeune Napoléon est alors élevé pour devenir un brillant officier de l’armée américaine : il développe des qualités de commandement et de stratégie hors du commun qui suscitent bien des jalousies dans les arcanes du pouvoir.

Lire la suite « Jour J, Napoléon Washington de Duval, Pécau et Mr Fab »

Bande-dessinée et roman graphique, Fantasy, imaginaire

Ekhö, le monde miroir, New York par Arleston et Barbucci

Résumé :

Quand Fourmille prend son avion pour New York, elle est loin de s’imaginer que son voyage va prendre un tour étrange. Au milieu du vol, elle est abordée par une étrange créature qui lui demande si elle accepte l’héritage d’une tante disparue depuis 20 ans. Et après qu’un éclair ait touché le 747, c’est à bord d’un dragon qu’elle atterrit à New York. Elle découvre alors un monde complètement décalé, où tout est semblable à la Terre, mais tellement différent. Ici, pas d’électricité, et c’est dans un Manhattan d’heroic fantasy qu’elle se trouve plongée. Au cœur de l’intrigue, une race étrange, les Preshauns, qui semble dominer cet univers parallèle, Ekhö.

Lire la suite « Ekhö, le monde miroir, New York par Arleston et Barbucci »

Comics book, imaginaire, Science - Fiction

Sweet Tooth : tome 1 de Jeff Lemire

Résumé

Dix années se sont écoulées depuis la mystérieuse pandémie qui frappa la Terre et décima la quasi-totalité de la population. De celle-ci, naquit une nouvelle espèce : mi-homme mi-animale. Gus fait partie de ces enfants hybrides dont on ignore tout, livré à lui-même depuis la mort de son père. Au cours de son voyage à travers une Amérique dévastée, Gus croisera la route de Jepperd, homme massif et taciturne avec qui il se met en quête d’un refuge spécialisé. Mais sur leur route, les chasseurs sont nombreux.

Lire la suite « Sweet Tooth : tome 1 de Jeff Lemire »

Bande-dessinée et roman graphique, Fantastique, imaginaire

Les échos invisibles de Tony Sandoval et Grazia La Padula

Titre: Les échos invisibles

Scénariste: Tony Sandoval

Dessinatrice et coloriste : Grazia La Padula

Éditions: Paquet et collection Calamar

Date de parution : tome 1: 2011, tome 2 : 2014

Genre: BD

Nombre de pages: 64

ISBN: tome 1 :     tome 2 : 978-2888906247

Résumé :

Abattu par la mort de celle qu’il aime, Baltus sombre dans une dépression qui frôle les excès des dérives interdites. De son chagrin naît un étrange pouvoir, il se met à avoir des visions. Ne trouvant pas de réponse à son mal de vivre, il décide de quitter la Hollande. C’est sur une île en Sicile qu’il trouve une paix intérieure. Un jour, pourtant, une journaliste vient perturber son repos. Quel est ce don qu’on lui attribue et par lequel il se serait illustré quelque temps plus tôt ? La paix intérieure commence déjà à bouillir !

Un scénario simple et des illustrations magnifiques :

Dans le premier volume de cette saga, Tony Sandoval nous ouvre les portes à l’univers d’un Baltus fou amoureux sombrant dans le déni. Suite à la mort de sa bien-aimé Monica, la jeune photographie se remémore tous les beaux moments qu’ils connurent. On plonge alors dans son incompréhension, sa colère, son amour fou et sa souffrance. Ses sentiments sont racontés avec beaucoup de justesse dans cette rage. Il est rare de voir une telle beauté dans un si grand désespoir. L’arrivée d’une dose de fantastique à travers des hallucinations (ou visions) est ensuite intégrée à sa tourmente. Cela renforce le mal-être du héros et nous permet de mieux le comprendre. On se sent alors très attaché au personnage et permet d’éprouver de la compassion à son égard. L’intrigue, discrète mais profonde, va alors défiler rapidement au fil des pages !

Dans son second tome l’auteur est arrivé à ne pas perde son lecteur. Suite à une ellipse de vingt ans, on redécouvre le personnage de Baltus toujours rongé par la perte de l’être cher. Cependant celui-ci a acquis une certaine sagesse. Il ne restera plus qu’à se demander si l’arrivée de la jeune et belle journaliste ne bousculera pas son fragile équilibre.

Le trait de crayon de Grazia La Padula semble fait pour ce scénario ! Ses beaux dessins se marient bien avec l’univers décalé Sandovalien. Sous la mise en scène simpliste ce cache un graphisme très travaillé avec des changements de cadrages qui nous permettent de vivre la scène. La palette de couleurs blafardes et sombres rend compte d’un univers dénué de joie. Aussi, les changements de couleurs font part de l’évolution de Baltus à travers les deux tomes. Les têtes disproportionnées des personnages les rendent plus humains. Leurs émotions sont ainsi mieux marquées.

Mon avis :

J’ai découvert les Echos invisibles en feuilletant les pages au magasin. Et je suis tombée sous les charmes des dessins. Je les trouve tout simplement magnifiques ! En lisant j’ai été submergé par l’univers sombre de Baltus et par sa psychologie complexe. Le travail du scénariste et de l’illustratrice a créé une histoire complexe qui questionne. Néanmoins j’ai trouvé qu’en nous noyant dans une telle sensibilité le récit se révèle assez platonique.

Ma note: 8/10